Solaire thermique ۞ Films Scientifiques ۞  Physique et Structures Fractales ۞ Programmes Mathematica

  Jean-François GOUYET

MAISON  SOLAIRE  EN  ILE-DE-FRANCE

~~~~~

Architecte:                                  Jacques MICHEL (décédé le 11 décembre 1997)


Conception Héliothermique:         Jacques MICHEL,

                                                   Jean-François GOUYET,

                                                   Entreprise FORCLUM,

                                                   Société ELECTRO-CABLAGE.

Constructeur:                               Entreprise générale A. CORREIA


   Date de construction:                   1er Semestre 1984.
~~~~~

Principe général :  On utilise les rayons solaires pour se chauffer : les capteurs solaires thermiques. Pour plus d'informations consulter par exemple le site
http://www.crdp.ac-caen.fr/energies/DonneesTraitees/Soleil.htm

    La température du capteur solaire augmente lorsqu'il est exposé au rayonnement solaire. Il émet à son tour un rayonnement  infrarouge, source de chaleur, qui chauffe l'air (ou l'eau) circulant derrière l'absorbeur.
    Au milieu du XXe siècle, le mur "Trombe-Michel", qui a été conçu par le physicien français Félix Trombe et l'architecte Jacques Michel, fonctionnait sur ce principe :  un mur noir absorbe bien les rayons solaires (étant noir il réfléchit peu le rayonnement visible, qui est absorbé) et donc sa température augmente davantage lors d'une exposition au soleil qu'une surface d'une autre couleur.
    On a ensuite utilisé le capteur solaire à effet de serre, cet effet qui donne tant de soucis quand il concerne l'atmosphère. Il est composé d'une plaque métallique, appelée absorbeur, qui est noircie pour absorber le maximum du rayonnement, puis est recouverte d'une vitre. Les rayons solaires qui traversent la vitre y sont absorbés par l'absorbeur qui s'échauffe et émet des rayons infrarouges.
    Les infrarouges restent prisonniers dans le capteur à cause de la vitre (effet de serre). Derrière l'absorbeur, un fluide caloriporteur, soit de l'air, soit de l'eau, traverse le capteur, et récupère la chaleur pour la conduire jusqu'au consommateur. Ces capteurs fournissent un air ou une eau dont la température peut atteindre 60° C, convenable pour le chauffage des maisons (en été, j'ai mesuré une température de l'air de 85°C, à la sortie des capteurs, que l'on doit évacuer, car on ne sait pas stocker la chaleur pendant 6 mois !).
    Par suite de l'irrégularité de l'ensoleillement, et en fonction des régions, les capteurs solaires thermiques ne peuvent pas à eux seuls fournir toute la chaleur nécessaire au chauffage d'une habitation. Un dispositif d'appoint d'énergie doit toujours être prévu. Ici il consiste en des convecteurs électriques et une cheminée avec récupérateur de chaleur.
    Dans notre cas, les mesures sur deux années nous ont montré un apport solaire de 25 %. Par ailleurs la consommation énergétique en chauffage est d'environ 90 KWh/m2/an, dont 23 KWh
/m2/an d'apport solaire (la consommation est de 300 à 400 KWh/m2/an en moyenne dans l'ancien, et l'objectif pour la France serait de ramener en 2050 la consommation à 50 KWh/m2/an dans le logement neuf).